Rapport Annuel 2019
01

Avant-propos

Ce n’est qu’en partageant nos connaissances que nous atteindrons l’économie circulaire.

Diffuser la connaissance

Si nous voulons atteindre notre objectif d’intégrer les emballages industriels dans l’économie circulaire en Belgique, nous devons diffuser nos connaissances au maximum. Ce n’est qu’en partageant nos connaissances et en collaborant que nous réaliserons les innovations nécessaires pour transformer chaque emballage produit en une matière première réutilisable. Valipac croit fermement à cet objectif et s’engage à remplir son rôle de centre de connaissances sur les déchets industriels.

En tant qu’organisation, nous voulons mettre en relation les différents acteurs de la chaîne de l’emballage en Belgique et en Europe. C’est pourquoi nous tendons la main à toutes les parties prenantes du cycle de vie des matériaux.

Francis Huysman
  • Nous aidons les producteurs à développer des emballages qui contiennent des matériaux recyclés dont la qualité est équivalente à ceux fabriqués à partir de matière vierge. C’est par exemple le cas des housses rétractables circulaires fabriquées à partir de 50% de matière recyclée provenant des collectes de films plastiques dans les entreprises – une innovation unique au monde  ! Et nous ne craignons pas de partager nos connaissances, au contraire : nous n’avons pas fait breveter cette technique de fabrication de housses rétractables avec 50% de matière recyclée. Elle est donc accessible à tous. Nous sommes également prêts à apporter notre aide aux fabricants de housses rétractables dans le développement technologique de ces housses innovantes afin de disséminer ces connaissances au maximum.
  • Nous incitons les entreprises qui emballent des produits – nos clients – à utiliser des emballages facilement recyclables et composés de matière recyclée. Pour amplifier cette pratique, nous développons actuellement une plateforme européenne sur laquelle toutes les parties prenantes pourront trouver des directives pour la conception d’emballages circulaires.
  • Nous sensibilisons les entreprises à trier correctement tous les emballages utilisés et, en collaboration avec les collecteurs, nous envisageons des scénarios de collecte plus efficaces.
  • Grâce à la collaboration des collecteurs, nous avons construit une base de données unique en Europe qui contient des informations sur les déchets collectés auprès de 180.000 entreprises belges. Nous partageons nos connaissances et les analyses issues de cette base de données avec les collecteurs, les fédérations sectorielles, les autorités et les autres organismes de Responsabilité Élargie des Producteurs pour qu’ensemble, nous puissions sensibiliser plus efficacement les entreprises à changer leur comportement de tri. L’outil de Business Intelligence que nous avons développé pour les collecteurs avec qui nous collaborons est un bel exemple de ce partage. Cet outil leur permet, entre autres, d’identifier le potentiel d’amélioration du tri auprès de leur clientèle existante.
  • Nous travaillons à la mise en place d’un système de convention avec les traders afin de garantir la qualité du recyclage de nos déchets en dehors de l’Europe.

Avec un taux de recyclage de 88,6% pour les emballages industriels, Valipac présente à nouveau un résultat plutôt satisfaisant.

Mais nous voulons faire encore mieux dans les années à venir. Nous invitons les entreprises, les collecteurs, les fédérations, les autorités et les administrations à se joindre à nous pour réfléchir ensemble à la manière dont nous pouvons concrétiser la transition vers l’économie circulaire. Et grâce à notre approche holistique, nous mettons toutes les chances de notre côté pour y parvenir.

Partageons nos connaissances et évoluons ensemble vers l’économie circulaire.

Francis HuysmanManaging Director

Connaître nos clients et améliorer leurs connaissances

Nous tendons la main à toutes les parties prenantes du cycle des matériaux pour faire circuler la connaissance. Et avant tout, bien sûr, à nos clients.

Formations à la déclaration d’emballages

Au début de chaque année, nous aidons nos clients à remplir leur déclaration. En collaboration avec Fost Plus, nous allons à la rencontre de nos clients à différents endroits de Belgique et leur proposons une formation d’une après-midi au cours de laquelle ils peuvent faire le plein d’informations sur la législation, les déclarations et les outils relatifs aux déchets d’emballages industriels et ménagers.

Conseils sur mesure

Nous rendons régulièrement visite à nos clients et nous les conseillons sur les déclarations, la législation, les nouvelles possibilités de tri, les innovations en matière de recyclage… spécifiquement applicables dans leur entreprise. Ces contacts personnels nous permettent d’entretenir une relation privilégiée avec nos clients.

Diagnostics emballages

De nombreux clients souhaitent optimiser leurs emballages, mais ne savent pas par quel bout commencer. C’est pourquoi nous avons développé le diagnostic emballages : un audit gratuit d’une demi-journée en collaboration avec Fost Plus, l’Institut Belge de l’Emballage (IBE/BVI) et le Centre de l’emballage de l’Université de Hasselt. Durant cette demi-journée, nous examinons ensemble les emballages ménagers et industriels que l’entreprise utilise pour commercialiser ses produits et nous recherchons les « quick-wins ». Nous évaluons si les emballages sont durables, si tous les emballages sont nécessaires et s’il n’existe pas d’alternatives plus durables. De cette manière, nous aidons nos clients à faire le meilleur choix pour leurs emballages.

Tevreden Klanten

Des clients satisfaits

En plus de toutes nos initiatives pour informer nos clients, nous sommes également à l’écoute de leurs commentaires et suggestions. D’après l’enquête de satisfaction que nous avons menée au début de cette année, 73,3% de nos clients sont très satisfaits des services de Valipac, 25,9% d’entre eux sont restés neutres. Nous avons également reçu des suggestions très utiles dont nous avons tenu compte pour améliorer notre application pour l’introduction des déclarations.

Emballages industriels : résultats 2018

Presque 90% de recyclage …
mais le plastique et les métaux sont des points d’attention.

Pour l’année 2018, nous avons réussi à démontrer que 88,6% des emballages industriels mis sur le marché sont recyclés.

Avec 748.842 tonnes, la quantité d’emballages industriels à usage unique mise sur le marché est restée stable. Le papier/carton continue d’être le matériau le plus utilisé : une bonne nouvelle, puisqu’il est recyclé à 100%. Autre aspect positif : 4 emballages industriels sur 5 mis sur le marché sont réutilisables.

Pour l’année de référence 2018, les collecteurs affiliés à Valipac ont rapporté 54.543 tonnes de déchets d’emballages industriels en plastique comme étant recyclées. Cette quantité est équivalente à la quantité rapportée pour l’année 2017. Or, la destination finale de 8.276 tonnes n’a pas pu être identifiée. Ce tonnage a donc été déduit des résultats de recyclage de Valipac pour l’année 2018.

Cependant, nous avons encore beaucoup de pain sur la planche. En 2018, le taux de recyclage des emballages industriels en plastique a diminué de près de 8%  par rapport à 2017 pour atteindre 45,8%. En collaboration avec l’ensemble des acteurs de la chaîne, nous devrons donc passer à la vitesse supérieure pour trier davantage de plastique et améliorer notre connaissance des destinations afin de vérifier l’effectivité du recyclage. Notre objectif est d’augmenter le taux de recyclage du plastique à 65% d’ici 2030.

Le recyclage du métal est un autre défi, même s’il s’agit plutôt d’une question d’enregistrement correct. Aujourd’hui, les emballages métalliques sont souvent collectés avec d’autres métaux en mélange, ce qui signifie qu’ils ne sont pas enregistrés séparément. Le défi consiste ici à améliorer la situation afin que nous puissions démontrer un taux de recyclage de 90% d’ici 2030. Par ailleurs, la diminution du taux de recyclage des métaux par rapport à 2017 n’est pas due à une diminution de la collecte sélective ou du recyclage, mais au fait qu’un collecteur affilié a quitté le système Valipac et que ces tonnages ne sont plus repris dans nos chiffres.

Recyclage Resultaten
Papier Icon

750.000

tonnes d’emballages industriels à usage unique mises sur le marché

Truck Icon

680.991

tonnes de déchets d’emballages industriels recyclées par les collecteurs de déchets affiliés

Circulary Icon

88,6%

de déchets d’emballages industriels recyclés

Nos résultats sont calculés conformément à la réglementation belge et européenne. Ils sont audités et approuvés annuellement par la Commission Interrégionale de l’Emballage. Les tonnages recyclés sont basés sur les pesées effectuées à la sortie des collecteurs de déchets affiliés. Des analyses de composition sont réalisées chaque année chez la plupart des collecteurs affiliés afin de déterminer la part des déchets d’emballages industriels et ne reprendre que cette part dans nos chiffres. Les chiffres communiqués sont en outre vérifiés chaque année par des bureaux d’experts indépendants.

4 emballages sur 5 sont réutilisables

Bedrijfsmatige Verpakkingen

Résultats de l'année de référence 2018

recyclage-houten

92,4%

des emballages industriels en bois sont recyclés

Recyclage Plastic

45,8%

des emballages industriels en plastique sont recyclés

Recyclage Papier

100%

des emballages industriels en papier/carton sont recyclés

Recyclage Metalen

74%

des emballages industriels en métal sont recyclés

uitbetaald premies

€ 7.148.000

montant des primes octroyées (année de référence 2018)

primes

  • Prime conteneur (hors prime “sacs”)
  • Prime recyclage plastique
  • Prime recyclage bois
  • Prime “sacs”
  • Prime démarrage

Résultat financier

Année de référence : 2018

Nous clôturons l’exercice comptable avec un résultat légèrement positif de 234.000 €. Près de 50% de nos revenus retournent à l’industrie sous la forme de primes au tri des déchets d’emballages industriels.

Revenus de facturation clients

14.608.000 €

Rétributions déballeurs

7.148.000 €

Frais de fonctionnement

6.138.000 €

Rétributions collecteurs

2.148.000 €

Reprise de provision des années précédentes

1.060.000 €

Résultat de l’exercice

+234.000 €

Suivi du comportement de tri des entreprises

Depuis maintenant 2 ans, Valipac récolte des données sur la production de déchets dans les entreprises. Cette activité fait aujourd’hui de Valipac un acteur incontournable sur la scène des déchets industriels.

Non seulement nous sommes les seuls à disposer d’informations fiables et récentes, mais de plus, nous les mettons à profit pour sensibiliser les acteurs de la chaîne à améliorer le tri des déchets en entreprise.

Amélioration continue

Valipac attache beaucoup d’importance à la qualité des données communiquées par les collecteurs. La qualité est en effet un facteur déterminant pour tirer des conclusions pertinentes. Aussi, toutes les données qui nous sont communiquées sont contrôlées de manière critique par notre équipe de 8 auditeurs.

Ingezameld Bedrijfsafval

Résultats 2018

Quantités de déchets industriels collectés par région (en tonnes)
 BruxellesFlandreWallonieBelgique
265.7602.933.962907.2524.106.974
Déchets résiduels149.180936.291424.6121.510.083
Papier / Carton70.579636.463184.324891.364
Bois non traité3.235183.62247.468234.325
Bois traité14.845247.27755.498317.619
Bois dangereux1213.4995874.207
Métaux ferreux9.214688.517
150.343848.074
Métaux non ferreux1.27925.0754.46030.814
Métaux en mélange6.37665.9277.99280.295
Verre creux7.22929.4445.99542.668
Verre plat93825.7394.22630.902
Verre dangereux12263110386
Film plastique1.74250.90415.39568.043
Plastiques rigides93538.9035.78745.624
PSE752.0384572.570

Les données proviennent de 158 collecteurs affiliés à Valipac. Pour certains flux, tels que le verre ou les métaux, Valipac ne dispose cependant pas d’une couverture maximale parce que des acteurs de collecte importants ne font pas partie du système Valipac.

Nombres d’adresses d’enlèvement par région
 BruxellesFlandreWallonieBelgique
15.876122.22941.506179.611
Déchets résiduels8.385106.34437.034151.763
Papier / Carton10.37344.89113.08268.346
Bois non traité3034.0841.2655.652
Bois traité2.48811.9053.99918.392
Bois dangereux735974440
Métaux ferreux2912.9791.1714.441
Métaux non ferreux271.1233451.495
Métaux en mélange1902.3737343.297
Verre creux1.6585.2847237.665
Verre plat2241.7162702.210
Verre dangereux15177103295
Film plastique55612.3333.67416.563
Plastiques rigides1312.6336863.450
PSE891.4315172.037

Evolutions 2017 / 2018

Evolution des tonnages entre 2017 et 2018

Le tonnage évolue globalement de +1,7%. La plupart des flux connaissent une évolution à la hausse, à l’exception du verre dangereux (-18,6%), du verre plat (-13,5%), des films plastiques (-1%) et des métaux ferreux (-0,9%).

Tonnage 2018 (x 000)

  • 1.600
  • 1.400
  • 1.200
  • 1.000
  • 800
  • 600
  • 400
  • 200
  • 0
0,4%

Déchets résiduels

2,4%

Papier /Carton

5,1%

Bois non traité

4,5%

Bois traité

49,4%

Bois dangereux

-0,9%

Métaux ferreux

9,2%

Métaux non ferreux

22,4%

Métaux en mélange

22,2%

Verre creux

-13.5%

Verre plat

-18.6%

Verre dangereux

-1%

Film plastique

9.1%

Plastique rigides

3.6%

PSE

Evol. 2017/2018

Evolution des points de collecte entre 2017 et 2018

Le nombre de points de collecte augmente de 3.266 unités. Le nombre de points de collecte augmente pour tous les matériaux exception faite du verre dangereux (-30,8%).

Points de collecte 2018 (x 000)

  • 160
  • 140
  • 120
  • 100
  • 80
  • 60
  • 40
  • 20
  • 0
1,5%

Déchets résiduels

3,5

Papier /Carton

0,6%

Bois non traité

7,7%

Bois traité

19,2%

Bois dangereux

2,3%

Métaux ferreux

7,5%

Métaux non ferreux

18,2%

Métaux en mélange

3,8%

Verre creux

6,6%

Verre plat

-30,7%

Verre dangereux

7,7%

Film plastique

7,5%

Plastique rigides

35,4%

PSE

Evol. 2017/2018

Partage de connaissances

À travers ce recensement de données, notre objectif est d’améliorer le tri des déchets en entreprise. Mais nous n’y parviendrons pas seuls. Tous les acteurs de la chaîne doivent s’impliquer activement. Aujourd’hui, grâce à Valipac, ils disposent de chiffres et d’analyses qui leur permettent de mener des actions ciblées.

Les collecteurs de déchets jouent un rôle clé dans cette activité. Ils ont aujourd’hui accès à un outil de Business Intelligence qui leur permet d’améliorer leurs connaissances globales sur le marché, mais aussi sur leurs propres parts de marché. Entre autres analyses, ils peuvent par exemple retrouver la typologie de leur clientèle et s’en servir pour identifier le potentiel d’amélioration de tri auprès de leurs propres clients.

Kennis Delen Fr

Identification du potentiel

Valipac est aujourd’hui en possession d’une quantité d’informations impressionnante. Les données récoltées couvrent près de 180.000 entreprises et 27 paramètres différents. Afin d’exploiter les données de manière statistique, nous avons conclu un partenariat avec l’Université de Hasselt. Notre objectif est d’utiliser un modèle statistique permettant d’identifier le potentiel d’amélioration de tri de manière ciblée.

Cet automne, l’Université de Hasselt a lancé une première analyse sur le potentiel d’amélioration du tri des films plastiques. À l’issue de ces analyses, il apparaît que la quantité de plastique présente dans une entreprise est déterminée par des facteurs tels que la quantité de papier/carton qu’elle génère, son secteur d’activité, son chiffre d’affaires, son effectif et la quantité de déchets résiduels qu’elle produit.

Ces informations sont à la base de l’outil de Business Intelligence mis à la disposition des collecteurs de déchets et qui leur permettent d’identifier le potentiel d’amélioration de tri auprès de leur clientèle.

Les analyses se concentrent aujourd’hui sur le potentiel d’amélioration du tri des films plastiques et du papier/carton. Dans une prochaine étape, nous élargirons les analyses à d’autres flux de déchets.

Le 26 novembre dernier, Valipac organisait son premier séminaire sur la production de déchets et le suivi du comportement de tri des entreprises belges. Un moment de privilégié de partage de connaissances et d’interactions avec nos parties prenantes.

Boucler le cycle par des innovations

Valipac prend les devants dans différents domaines pour favoriser la mise sur le marché de plus d’emballages circulaires en Belgique
et en Europe.

Innovaties Cirkel Rond

Valipac, pionnier en Europe

Nous sommes la première organisation européenne à prendre l’initiative d’améliorer la traçabilité du recyclage des déchets d’emballages industriels par le biais de conventions avec les traders. Nous sommes les initiateurs d’une plateforme européenne d’évaluation de la circularité des emballages de transport en plastique. En collaboration avec nos partenaires, nous développons des applications supplémentaires pour le plastique recyclé afin de stimuler le recyclage en Europe, un projet unique au monde. De plus, nous sommes les seuls en Europe à disposer d’une base de données très détaillée sur le comportement de tri de 180.000 entreprises, qui permet d’exploiter les statistiques pour déterminer quelles entreprises pourraient trier encore plus de déchets industriels.

  • À côté de tous ces projets innovants, nous travaillons simultanément à améliorer tous les maillons de la chaîne circulaire : du producteur à l’utilisateur qui doit trier jusqu’au collecteur et au recycleur. En améliorant la coordination entre tous les acteurs, nous pouvons boucler la boucle et réaliser notre grande ambition d’encourager les emballages circulaires en Europe. Les nombreuses connaissances et l’expertise dont dispose notre équipe dynamique nous permettent de concrétiser nos idées. Et nous sommes heureux de constater que d’autres organisations en Europe veulent suivre notre exemple.
  • Notre rôle de pionnier en Europe est aussi un grand avantage pour la Belgique. Même si nous ne sommes qu’un « petit pays », nous pouvons exercer une grande influence sur l’approche des défis liés aux emballages industriels. Nous pouvons partager nos connaissances à l’échelle internationale. En outre, comme de nombreuses grandes entreprises belges dépendent de leurs sociétés mères situées à l’étranger pour les décisions relatives à leur politique d’emballage, nous savons que nous ne pourrons influencer ces politiques que si nous les abordons dans un contexte européen.

Plateforme européenne Design 4 Circularity

Avant même de concevoir un emballage, nous devons déjà penser à le recycler. Parce que les choix que nous faisons ont un impact sur la recyclabilité. Dans le cas des emballages destinés aux consommateurs, les grandes entreprises sont déjà très attentives, et utilisent autant de matériaux recyclables et recyclés que possible. Dans le domaine de l’emballage de transport, ce réflexe n’existe pas encore. Valipac veut changer ces pratiques au niveau européen. En effet, les décisions concernant ce type d’emballage ne relèvent souvent pas des sièges d’exploitation belges des grandes entreprises. Nous avons donc pris l’initiative de mettre en place la plateforme internationale ‘Design 4 Circularity’. Les entreprises pourront y trouver des conseils en matière de circularité dans le développement des emballages de transport. Cette plateforme sera mise en ligne en juin prochain.

Design Circulary
Selective Inzameling

Toujours plus de collectes sélectives

Valipac a développé un site internet spécifique dédié au tri en entreprise: jetriedansmonentreprise.be Ce site regorge d’informations sur la législation en matière de tri. Il propose également des conseils sur la meilleure manière d’aborder un projet de tri en entreprise. Le site rappelle également que nous nous rendons sur demande dans les entreprises pour dispenser des formations sur le tri de leurs déchets.

Mais nous allons encore plus loin. Valipac a par exemple mis en place des systèmes innovants pour favoriser la collecte des plastiques rigides sur les chantiers. Par manque d’espace et en raison de la présence de nombreux corps de métiers différents, le tri de ce type de déchets sur les chantiers de construction est peu développé. En 2005, Valipac a mis en place un système efficace pour la collecte sélective des films plastiques sur les chantiers de construction : via des sacs de collecte que les entrepreneurs peuvent déposer gratuitement chez leur négociant en matériaux de construction.

En 2019, ce système de collecte pratique et efficace a été élargi à la collecte des plastiques rigides. Entre-temps, 18 négociants en matériaux de construction proposent ce système à leurs clients entrepreneurs. Une fois collectés, les plastiques rigides sont triés et utilisés comme matière première secondaire pour la production de nouveaux objets en plastique. Plus d’informations sur cleansitesystem.be

Afin de booster la collecte des films plastiques en entreprise, Valipac a mené fin 2018 une action de marketing auprès de 4.500 entreprises du secteur de la distribution, un secteur qui génère de grandes quantités de films plastiques. Ces entreprises ont reçu par la poste un petit camion en carton contenant 3 sacs de collecte. Quelques mois après le lancement de cette action, des centaines d’entreprises avaient déjà commandé de nouveaux sacs auprès de leur collecteur.

Valipac dispose désormais d’un système de collecte similaire pour le polystyrène expansé. Des sacs de collecte spéciaux en polypropylène tissé ont été développés à cet effet : ils ne se déchirent pas lorsqu’ils sont pressés pendant le transport dans le camion presse, de sorte qu’aucun morceau ne vient polluer le papier/carton avec lequel ils sont collectés. Trois collecteurs commercialisent déjà ce système et quatre autres le testent actuellement.

Proposer aux collecteurs une meilleure connaissance de leurs clients

Pour fournir une matière première d’aussi bonne qualité que possible pour la fabrication de nouveaux emballages, les emballages collectés doivent être d’aussi bonne qualité que possible. Pour y parvenir, les entreprises devront encore améliorer le tri et la collecte des emballages utilisés. Afin de les aider dans cette tâche, Valipac a constitué, en collaboration avec les collecteurs, une base de données contenant des données détaillées sur le comportement de tri de pas moins de 180.000 entreprises belges pour 15 flux de déchets différents.

Conventions avec les traders

Bien que notre objectif final soit de recycler autant que possible en Europe, nous dépendons encore aujourd’hui des exportations de déchets hors de l’Union européenne. Afin de superviser au mieux ce processus et de pouvoir garantir la qualité du recyclage à l’étranger, et en collaboration avec nos collègues néerlandais et norvégiens, nous travaillons à la mise en place d’un système d’accréditation des traders. Nous concluons des conventions avec les traders par lesquelles ils s’engagent à garantir, entre autres, la traçabilité de nos déchets. Notre objectif est de parvenir à ce que 80% de nos déchets soient traités par des traders affiliés pour le printemps 2020.

Stimuler l’intégration de contenu recyclé en Europe

Afin de garantir un recyclage de haute qualité de nos déchets industriels, nous devrons à l’avenir recycler davantage en Europe. À l’heure actuelle, l’Europe n’est pas un marché suffisamment intéressant pour les recycleurs. En effet, la demande en matériaux recyclés pour la fabrication de nouveaux produits est encore insuffisante, tant du côté des producteurs d’emballages que de leurs clients. Valipac veut devenir acteur du changement.

En 2018 et 2019, en collaboration avec de nombreux partenaires du monde de l’entreprise, nous avons développé des applications innovantes pour des matériaux recyclés de qualité équivalente à celle de la matière « vierge » :

Les housses rétractables circulaires

Au début de cette année, nous avons développé des housses thermorétractables composées à 50% de matière recyclée. Elles sont actuellement à l’essai chez de grandes entreprises comme Coeck, Olivier Bricks, Saint-Gobain Autover, Vandersanden et Wienerberger.

Les partenaires de ce projet sont
Wienerberger, Total, Oerlemans, Rymoplast, Fema et Go4Circle.

Film étirable avec 25% de contenu recyclé

Nous développons aussi actuellement un film étirable en plastique qui contient 25% de plastique recyclé. Il s’agit d’un processus techniquement complexe en raison de la composition du film étirable. Des tests sont en cours et le film devrait être disponible sur le marché à partir de 2020.

Les partenaires de ce projet sont
Colruyt, Dow, U-Hasselt, Reynaers Aluminium, Mima Films et Rymoplast

Les liens de cerclage circulaires

Nous voulons stimuler la collecte, le tri et le recyclage des liens de cerclage pour en faire de nouveaux liens de cerclage. Nous explorons la possibilité de fabriquer des liens renouvelables à l’infini en utilisant 100% de matière recyclée pour les liens en PET et 30-40% pour les liens en PP.

Les partenaires de ce projet sont
Zargal, Suez, HSR, Ikea, Houtland, Coeck, Saint-Gobain et Ghent University.

Les encres circulaires

Le film d’emballage imprimé est très difficile à recycler parce que les couleurs se mélangent et provoquent une dégradation du nouveau produit. Nous sommes en ce moment à la recherche de procédés de désencrage. Nous travaillons donc à rebours. Notre objectif est de développer des encres innovantes qui se neutralisent pendant le processus de recyclage et facilitent ainsi le recyclage des emballages imprimés.

Les partenaires de ce projet sont
Toyo Ink Group, Rymoplast, Oerlemans Packaging, Suez et Fost Plus.

Ces innovations n’en sont encore qu’à leurs débuts. Nous sommes conscients qu’elles mettront du temps à s’imposer sur le marché. Mais nous continuerons à innover, à sensibiliser et à informer en permanence pour atteindre le plus rapidement possible notre objectif de créer une économie circulaire pour les emballages, avec suffisamment de possibilités de développement en Europe.

Témoignages de quelques partenaires

Laurent Gérard

Vice President / General Manager Stretch Division Mima Films, à Virton en Belgique, partenaire pour les films étirables avec 25% de matière recyclée.

“Nous recherchons depuis un certain temps déjà des alternatives plus respectueuses de l’environnement pour nos films plastiques. Il y une vingtaine d’années, par exemple, nous avons mis au point un film beaucoup plus fin, ce qui nous a permis d’utiliser moins de plastique pour une même protection des charges palettisées. En 2013, nous avons également réalisé un film sans mandrin en carton, ce qui permet une diminution sensible de l’empreinte Carbonne et de l’empreinte H²0 lors de la production. Nous avons aussi testé des bioplastiques.

Mais nous pensons que l’utilisation de matériaux recyclés dans nos films est définitivement l’avenir. C’est une solution durable qui ne nécessite ni eau ni transport supplémentaires. Nous pouvons même récupérer les chutes de film qui sont perdues dans notre processus de production.

  L’utilisation de matériaux recyclés est l’avenir

Nos clients – y compris de grandes marques comme L’Oréal ou IKEA – ont déjà marqué de l’intérêt pour ce type film circulaire. Nous estimons qu’environ 80% de nos clients voudront passer à ce film à l’horizon 2023.

Nous prévoyons pouvoir commercialiser les films avec 25% de matériaux recyclés en 2020. Afin d’augmenter notre capacité, nous venons d’acheter une machine spéciale pour pouvoir recycler nous-même le plastique. Mais nous espérons pouvoir bientôt nous tourner vers des recycleurs européens qui pourrons nous fournir la qualité de matériaux recyclés adéquate pour produire nos films circulaires à grande échelle.”

Laurent-Gerard

Eric De Deckere

CSR manager, Port of Antwerp

“Les données dont Valipac dispose sur le type et la quantité de déchets produits par les entreprises situées dans la zone portuaire sont pour nous une mine d’informations. Elles nous permettent de travailler sur le développement durable de manière fondée et ciblée, une thématique très importante pour le port d’Anvers. Notre rôle sociétal nous incite à une utilisation optimale et responsable des ressources naturelles. En premier lieu pour protéger l’environnement, cela va de soi, mais aussi dans un intérêt économique : en raison de la pénurie actuelle de matières premières, nous devons absolument éviter les pertes de matières et investir dans la circularité.

Grâce aux données de Valipac, nous savons exactement ce que représentent les flux que nos entreprises produisent. Nous pouvons aussi identifier quels secteurs trient correctement et lesquels présentent un potentiel d’amélioration. De cette manière, nous pouvons procéder à des ajustements ciblés, sensibiliser et mesurer l’impact de ces ajustements sur une base annuelle.

Les données recensées pour 2018 nous apprennent que 2/3 de nos déchets sont triés à la source. Mais aussi que les petites entreprises sur notre site ont un peu plus de difficultés à trier.

Nous devons absolument éviter les pertes de matières et investir dans la circularité

C’est donc un point sur lequel nous serons certainement attentifs. Le tri de certaines fractions peut encore être amélioré, tout comme le tri des déchets “ménagers” aussi présents dans l’environnement professionnel.

Entre-temps, nous avons réalisé dans ce cadre une enquête auprès des entreprises pour savoir de quelle manière améliorer la collecte sélective et quels efforts elles sont encore prêtes à faire. En collaboration avec Valipac et Fost Plus, nous nous efforçons d’améliorer la situation, notamment par le biais de séances d’information pour les entreprises situées dans le port afin de détecter les éventuels points d’amélioration.

Nous croyons en un avenir circulaire et nous sommes très reconnaissants que Valipac soutienne notre point de vue. »

Eric-De-Deckere

Pour conclure

Cela prendra du temps, mais nous croyons fermement en notre objectif d’une économie circulaire de l’emballage en Europe

Roger Van Der Linden

Ensemble, bouclons le cycle

Nos partenaires et nous pouvons être fiers de notre travail. Nous pouvons être fiers d’avoir en Belgique un pionnier tel que Valipac, qui stimule la coopération et dont l’efficacité fait figure d’exemple en Europe.

Valipac devient de plus en plus incontournables. En partie sous la pression des consommateurs et de la société, nos entreprises comprennent de mieux en mieux que nous devons économiser nos ressources naturelles et les réutiliser autant que possible.

Valipac les soutient dans cette démarche. Nous avons dressé les contours du cycle de l’emballage et travaillons à tous les niveaux pour stimuler, orienter et apporter des solutions. Mais bien sûr, au bout du compte, les entreprises doivent prendre leurs propres décisions et agir.

La boucle n’est pas encore bouclée. Nous avons encore beaucoup de pain sur la planche pour rendre nos emballages circulaires. Les plastiques, en particulier, restent le grand défi. C’est aussi ce que nous constatons dans les données que nous recueillons. Chaque année, leur production continue d’augmenter, car de plus en plus de matériaux sont remplacés par des plastiques.

Le problème ne vient pas du plastique en soi. Un monde sans plastique n’est d’ailleurs pas souhaitable. Mais nous devons réfléchir davantage aux nouvelles possibilités de recyclage et utiliser des matériaux recyclés pour fabriquer de nouveaux plastiques. Une thématique que nous devons aborder au niveau européen.

Valipac a amorcé la pompe avec différents projets, mais le marché et les politiques doivent suivre. Après tout, la réglementation joue également un rôle majeur. À l’heure actuelle, tous les plastiques sont logés à la même enseigne, qu’ils contiennent ou non des matériaux recyclés. Nous devons changer cette approche, sinon l’industrie n’évoluera jamais vers des plastiques contenant des matériaux recyclés.

Valipac, avec l’ensemble de ses partenaires, a donc un rôle très important à jouer dans les années à venir. Cela prendra du temps, mais nous croyons fermement en notre objectif d’une économie circulaire de l’emballage en Europe.

Alors, bouclons le cycle ensemble.

Roger Van der LindenPrésident de Valipac