Résultats 2017 et 2018

Avant-propos

Voir plus loin que le recyclage

Valipac publie pour la première fois un rapport d’activités complet. Un bilan positif, car avec un taux de recyclage de 88,8 % pour les déchets d’emballages industriels, nos objectifs sont largement atteints. 7 200 entreprises participent à notre système. Nous travaillons intensivement avec 220 collecteurs affiliés et avons octroyé une prime à 35 000 entreprises pour le tri de leurs déchets d’emballages industriels. Le montant total de ces primes s’élève à 6,8 millions d’euros.

Malgré ces excellents résultats, nous ne nous reposons pas pour autant sur nos lauriers. Ces dernières années, nous avons collaboré avec nos partenaires à la mise en place de nombreux projets de démonstration et de sensibilisation pour la gestion de flux spécifiques, dans le but de continuer à améliorer le taux de collecte et de recyclage. Cette recherche permanente d’optimalisation et d’amélioration de l’efficacité n’est pas propre à Valipac mais répond à une nécessité. L’Europe avance en effet des objectifs de recyclage particulièrement ambitieux et, de plus, les taux de recyclage sont sous pression en raison du renforcement des réglementations en Asie.

Notre mandat a récemment été élargi et Valipac est prête à se tourner vers l’avenir avec une nouvelle mission, de nouvelles ambitions et de nouvelles valeurs. Ce rapport d’activités est plus qu’un simple panorama de nos principaux résultats, faits et chiffres. Les projets et l’approche que nous présentons montrent clairement l’enthousiasme avec lequel nous endossons notre rôle pivot dans l’économie circulaire. Grâce à nos connaissances du secteur des déchets et à nos contacts avec l’ensemble de la chaîne de valeur, nous mettons tout en oeuvre pour améliorer nos services et offrir davantage de valeur ajoutée aux entreprises affiliées.

Malgré ces excellents résultats, nous ne nous reposons pas pour autant sur nos lauriers.

L’aperçu que nous présentons ici est le fruit du travail de toute l’équipe Valipac, qui oeuvre quotidiennement à la réalisation de nos ambitions avec beaucoup d’énergie et d’enthousiasme. Le rapport d’activités reflète également notre ambition de communiquer de manière transparente et ouverte avec l’ensemble de nos parties prenantes, tout en respectant la confidentialité des données. Celle-ci cadre parfaitement avec notre nouvelle mission, « Agir ensemble pour une économie circulaire », qui requiert coopération et transparence.

Résultats 2017
  • 7.200 entreprises clientes de Valipac Les clients de Valipac ont la garantie que leur entreprise respecte la réglementation en matière d’emballages industriels.
  • 220 opérateurs Les collecteurs affiliés à Valipac nous fournissent des chiffres mensuels et annuels relatifs aux déchets d’emballages industriels qu’ils ont collectés.
  • 750.000 tonnes d’emballages à usage unique mis sur le marché
  • 3.115.000 tonnes d’emballages réutilisables mis sur le marché
  • 675.000 tonnes de déchets d’emballages industriels recyclés par les collecteurs affiliés
  • 88.8% de recyclage global des déchets d’emballages industriels
  • 96% de valorisation des déchets d’emballages industriels
  • 100% de recyclage des déchets d’emballages industriels en papier et carton
  • 90,3% de recyclage des déchets d’emballages industriels en métal
  • 84,5% de recyclage des déchets d’emballages industriels en bois
  • 54,4% de recyclage des déchets d’emballages industriels en plastique
  • 35.000 entreprises bénéficient d’une prime Valipac pour le tri des déchets d’emballages industriels
  • Typologie des bénéficiaires des primes

  • 6.850.000 € montant des primes octroyées
Résultats financiers 2017

Nous clôturons l’exercice comptable avec un résultat légèrement positif qui s’élève à 1.108.000 €. Valipac ambitionne en effet un équilibre financier. 50% de nos revenus reviennent à l’industrie par le biais des primes.

  • Contribution participants
  • Rétribution opérateurs
  • Rétribution déballeurs
  • Coûts opérationnels (y compris le personnel)
  • Reprise de provision des années antérieures
  • Résultat de l’exercice
Projets opérationnels et actions de sensibilisation pour une économie circulaire

L’économie circulaire est un nouveau défi sociétal que Valipac souhaite relever. Nous organisons de nombreux projets de démonstration et de nombreuses campagnes de sensibilisation dans le but d’inspirer l’économie circulaire.

Pour passer d’une économie linéaire à une économie circulaire, il faut réintégrer les déchets et les produits mis au rebut dans le processus de production. En bouclant le cycle, nous réduisons la production de déchets et l’utilisation de matières premières. L’écoconception permet d’allonger la durée de vie des matériaux et de faciliter le recyclage des produits arrivés en fin de vie.

Les emballages plastiques comptent parmi les flux que Valipac étudie de près. Seuls 54 % de ce flux d’emballages sont actuellement recyclés. Nous collaborons avec nos partenaires à la mise en place de nouveaux modèles économiques circulaires qui bouclent le cycle des matériaux d’emballages en plastique. Dans les années à venir, les emballages et les matériaux spécifiques pour lesquels il existe encore un potentiel d’amélioration feront l’objet de toute notre attention.

Une solution circulaire pour les films plastique des chantiers de construction

A côté des déchets de construction et de démolition, les chantiers de construction génèrent également des films d’emballages en plastique. Dans le cadre du projet Clean Site Circular, nous collaborons avec le fabricant de briques Wienerberger à la conception d’un modèle circulaire pour les films d’emballages.

Valipac avait déjà mis en place, avec de nombreux partenaires, un système de collecte de films plastique sur les chantiers de construction : Clean Site System. Les entrepreneurs du secteur de la construction peuvent se procurer des sacs de collecte spéciaux auprès des négociants pour les remplir des déchets de films plastique issus de leurs chantiers. Ils peuvent ensuite apporter les sacs remplis chez leur négociant, où ils sont régulièrement collectés. Les films collectés sont ensuite recyclés en nouveaux produits en plastique.

Le projet Clean Site Circular franchit une étape supplémentaire et vise à boucler complètement le cycle des films d’emballages en plastique. Les enjeux sont d’éviter au maximum la perte de matériau et de parvenir à une qualité aussi élevée que possible pour les emballages recyclés. C’est pourquoi nous impliquons tous les acteurs de la chaîne de valeur dans ce projet. Le fabricant de briques Wienerberger s’engage à réutiliser les emballages recyclés s’ils sont de même qualité que les films en matériau vierge. La Fema, la fédération professionnelle pour les négociants en matériaux de construction, assure la distribution et la logistique des emballages de et vers les chantiers. Rymoplast recycle les films en granulés d’une qualité utilisable pour la fabrication de nouveau film d’emballage. Total recherche et développe une méthode de recyclage qui évite le déclassement du matériau. Un autre défi consiste à fabriquer un produit recyclé qui, à son tour, est à nouveau recyclable une fois arrivé en fin de vie. Total procède donc à une batterie de tests avec un polymère booster. Participent également au projet : la Feproma, en tant que représentante des fabricants de matériaux de construction (emballés), et GO4Circle, la fédération des entreprises de l’économie circulaire.

Pour ce projet, Valipac reçoit un soutien financier de Vlaanderen Circulair jusqu’en 2019.

C’est un bel exemple de la valeur ajoutée de Valipac : rassembler les acteurs de la chaîne de valeur et en oeuvrer avec ces partenaires à un système circulaire pour transformer les déchets en nouvelles matières premières.

Avec Clean Site Circular, nous voulons également encourager d’autres secteurs à rechercher des solutions circulaires pour les emballages plastiques industriels. Ces projets présentent également l’avantage de stimuler la demande de contenu recyclé. Et l’augmentation de la demande entraînera une augmentation proportionnelle des solutions circulaires proposées sur le marché.

Encourager la collecte des plastiques rigides sur les chantiers de construction

En plus des films plastique, les chantiers de construction génèrent d’autres flux d’emballages et de déchets. Dans le cadre du projet MIRCO (MIxed Rigid plastics from COnstruction sites), nous développons un modèle économique pour le recyclage des plastiques rigides des chantiers de construction en granulats. Les producteurs de matériaux de construction peuvent à nouveau utiliser ce flux comme matière première.

Dans le cadre du projet, d’autres matériaux plastiques que les emballages industriels ont également été collectés (emballages ménagers, résidus de coupe de tuyaux et résidus de profilés de fenêtres en plastique). Cette extension de l’approche exclusivement réservée aux emballages à une approche globale des matériaux est indispensable pour atteindre les objectifs de recyclage toujours plus ambitieux et pour développer un système de collecte pragmatique pour les entrepreneurs. Dans le projet de démonstration, toutes les matières plastiques ont été collectées dans un seul conteneur qui a ensuite été trié entre les différents flux de polymères dans un centre de tri spécialisé.

MIRCO sera clôturé et évalué fin 2018. Pour ce projet, Valipac a reçu le soutien de Cleantech Flanders dans le cadre du programme MIP (Milieu- en energietechnologie Innovatie Platform).

Kit de démarrage pour films plastiques

Les analyses de Valipac indiquent qu’à peine 11 % des entreprises qui disposent d’un conteneur pour la collecte du papier/carton d’emballages utilisent également des sacs pour films plastique. Afin d’encourager les entreprises à trier également ces films plastique, Valipac a élaboré une campagne de sensibilisation en collaboration avec les collecteurs affiliés.

Dans le cadre de cette campagne, nous avons développé un kit de démarrage à partir d’un gadget (un petit camion en carton) renfermant trois sacs de collecte et un dépliant d’information. Une fois remplis, les sacs sont récupérés gratuitement lors de la vidange du conteneur papier et carton. L’objectif ? Démontrer que la collecte sélective des films plastique est faisable, pratique et qu’elle n’est pas forcément onéreuse.

Les grossistes et les détaillants produisent d’importantes quantités de déchets de films plastique. Nos bases de données nous permettent d’identifier facilement les entreprises qui trient et celles qui ne trient pas. En collaboration avec les collecteurs, nous avons déjà envoyé plus de 5 000 kits de démarrage à des entreprises des deux secteurs qui présentent un grand potentiel d’amélioration pour la collecte sélective des films plastique. Les entreprises convaincues par ce système peuvent ensuite commander des sacs supplémentaires auprès de leur collecteur. Ces campagnes de sensibilisation peuvent également s’appliquer à d’autres flux de déchets ou être étendues à d’autres groupes cibles.

Collecte du PSE (polystyrène expansé)

Malgré l’existence d’une obligation de tri pour le PSE, les entreprises ne trient pas encore suffisamment ce flux. Pour stimuler la collecte sélective du PSE, Valipac étudie la faisabilité d’un système de collecte à l’aide de sacs en polypropylène tissé.

Le PSE, communément appelé frigolite, est un matériau léger mais volumineux. La manipulation et la collecte de ce flux de déchet sont par conséquent compliquées et onéreuses. Ce qui est regrettable, car le PSE se recycle très bien et les applications sont nombreuses.

Pour la Région de Bruxelles-Capitale, ce projet de Valipac bénéficie du soutien financier de Bruxelles Environnement.

Dans le cadre d’un projet de démonstration réalisé en collaboration avec Fost Plus, Valipac étudie la faisabilité d’un système de collecte dans des sacs transparents en polypropylène tissé. Nous collaborons dans ce contexte avec le secteur alimentaire et divers magasins d’ameublement et d’électroménager. Les sacs remplis de PSE sont enlevés lors de la collecte du conteneur papier/carton, ce qui réduit les coûts logistiques. Contrairement aux sacs en polyéthylène (perforés ou non), les sacs tissés ne se déchirent pas dans le camion-presse. Le papier/carton n’est pas contaminé. Le PSE collecté peut alors bénéficier d’une seconde vie sous la forme de mortier isolant ou de panneaux isolants.

‘Je trie dans mon entreprise’

Les grandes et moyennes entreprises sont généralement bien conscientes de leurs obligations en matière d’emballages industriels et d’autres déchets. C’est beaucoup moins le cas des PME et des indépendants. Depuis cette année, le site jetriedansmonentreprise.be leur offre une réponse à des questions telles que : Quelles sont les obligations de tri ? Comment démarrer la collecte sélective dans mon entreprise ? Qu’advient-il des déchets une fois collectés ?

Le site, accessible à tous, est un guide pratique pour initier les entreprises au tri et à la collecte de leurs déchets industriels. Il reprend toutes les informations relatives aux différents déchets - du papier/carton au métal et au plastique, en passant par les appareils électriques hors d’usage. Le site fournit également des conseils pratiques pour reconnaître, trier et faire enlever les différents déchets.

Pour convaincre les entreprises de contribuer à l’économie circulaire, le site explique également quelle est la seconde vie des déchets. Les entreprises qui savent à quoi mènent leurs efforts et quelles nouvelles affectations leurs déchets recevront, trient automatiquement mieux. En guise de coup de pouce supplémentaire, les entreprises peuvent également télécharger ou commander des affiches et des dépliants gratuits sur le site pour inciter leurs collaborateurs au tri des déchets.

www.jetriedansmonentreprise.be

‘Mieux trier’

Une bonne qualité des déchets est essentielle à la réussite de l’économie circulaire. Mal triés, les déchets ne peuvent plus être recyclés. En collaboration avec le secteur de la collecte, Valipac a élaboré une campagne de communication visant à rappeler les principes du tri qualitatif des films plastique.

Les collecteurs sont régulièrement confrontés à la contamination des sacs de collecte de films plastique. Les sacs contiennent souvent des adhésifs, des morceaux de carton, des bouteilles en PET et des gobelets en plastique. Notre campagne de communication remet les points sur les i. Des affiches mentionnant le slogan « Un sac bien trié contient du film plastique propre. Et rien d’autre. » ont été envoyées à toutes les entreprises clientes de nos partenaires qui utilisent des sacs pour la collecte du film plastique.

Nouveau site corporate

Afin d’offrir une large visibilité à sa nouvelle mission, à ses nouvelles ambitions et à ses nouvelles valeurs, Valipac a lancé cette année un nouveau site corporate. Sur le plan du contenu, la nouvelle devise « Agir ensemble pour une économie circulaire » constitue le fil conducteur du site. Celui-ci fournit également un aperçu des services que Valipac propose aux entreprises qui veulent elles-mêmes oeuvrer à l’économie circulaire. En outre, le site revêt un nouveau look and feel en parfaite adéquation avec la nouvelle charte graphique de Valipac.

www.valipac.be

L'avis de nos parties prenantes

Pascal Léglise Directeur Qualité & Développement Durable de Carrefour Belgique et président de la Commission Commerce Durable de Comeos

“L’économie circulaire c’est l’avenir : nous en avons besoin pour lutter contre le changement climatique et réduire notre empreinte écologique. Valipac encourage l’économie circulaire, son rôle est donc d’une grande importance.

En tant que client des différentes organisations – Valipac, Valorfrit, Valorlub, Fost Plus, Recupel, Bebat – Carrefour a tout intérêt à adopter une vision globale de sa production de déchets. Les systèmes informatiques dont Valipac dispose constituent un énorme atout à cet égard. Ceux-ci garantissent un traitement fiable et qualitatif des données ainsi que l’efficacité de la collaboration.

Les systèmes informatiques constituent un énorme atout à cet égard.

C’est une bonne chose que Valipac prenne à présent l’initiative de travailler avec ses organisations partenaires. Regrouper les connaissances ne pourra qu’améliorer le fonctionnement des différentes organisations et réduire considérablement la charge administrative pour les entreprises. Un tel partenariat est également opportun pour la communication car, dans la lutte contre les déchets sauvages, chaque citoyen et chaque collaborateur doit recevoir le même message de sensibilisation sous différents angles. Seule cette manière de procéder nous permettra de changer les comportements à l’égard des déchets et à contribuer au recyclage et à l’économie circulaire.”

Marnix Van Hoe Directeur de la Fema, la fédération professionnelle belge pour les négociants en matériaux de construction, et administrateur de Valipac

Développer un réseau avec les emballeurs, les déballeurs et les transformateurs pour organiser le recyclage des déchets d’emballages : Valipac véhicule une histoire positive qui a fonctionné dès le début. Le succès du système belge pour les emballages industriels est une évidence et le choix conscient d’une modèle participatif en est le fondement. Valipac est unique en Europe, et tous les acteurs concernés peuvent en être fiers.

Valipac est unique en Europe.

La Fema représente les négociants de matériaux de construction mais entretient également de bons contacts avec les producteurs et les entrepreneurs qui déballent les matériaux. Nous sommes donc impliqués à tous les niveaux de la chaîne. En collaboration avec Valipac, nous avons développé le Clean Site System, qui offre une solution logistique au problème des plastiques d’emballages sur les chantiers de construction. Le système assure également la propreté des chantiers de construction, ce qui constitue évidemment un bonus. Bien que les négociants ne soient pas obligés d’y participer, le système connaît toutefois un grand succès. Depuis, avec le projet Clean Site Circular, nous franchissons le pas vers l’économie circulaire. Avec le fabricant de briques Wienerberger et Total, nous donnons une seconde vie aux déchets d’emballages plastiques provenant des chantiers de construction. Ce projet fait de nous de véritables précurseurs. Nous élargissons également nos horizons au-delà des films plastique et cherchons aussi une solution pour les autres déchets plastiques qui traînent souvent sur les chantiers. ”