Defi 4

Promouvoir la recyclabilité et la circularité

Défi 4

Notre mission statement “Agir ensemble pour une économie circulaire” est tout sauf une coquille vide. C’est un objectif ambitieux. Avec l’ensemble de nos parties prenantes, nous recherchons des solutions pour recycler et réutiliser au maximum les emballages industriels.

En 2020, nous avons poursuivi le déploiement de nos projets circulaires innovants afin de créer une plus grande demande de matières recyclées en Europe.

16,9km de film circulaire mis gratuitement à disposition.

Kids Fire

L’effet tache d’huile des housses rétractables circulaires

En 2020, nous avons mis la touche finale au film rétractable circulaire fabriqué pour moitié à partir de matière recyclée et pour l’autre moitié d’un mélange de polymères vierges. Le procédé est économiquement rentable et n’a délibérément pas été breveté pour favoriser sa dissémination en masse.
La collaboration menée avec Wienerberger en 2019 a fait des émules au sein du secteur de la construction. D’autres entreprises phare de ce secteur effectuent actuellement des essais sur leurs emballages afin de remplacer la matière vierge par de la matière recyclée.

Réalisations 2020

Dissémination des housses circulaires

Pieter Bockaert

Marketing chez Bouwpunt

En collaboration avec la chaine de distribution Bouwpunt et Adimat leur centrale d’achats, Coeck Betonfabriek teste actuellement l’utilisation de sacs de matériaux (gravier, ciment, sable) fabriqués à partir de matière recyclée. Pour ce produit, l’impression du logo sur le sac serait réduite à maximum 5 %.

 

Ce qui est formidable dans cette collaboration, c’est la vision commune entre l’emballeur, le déballeur et Valipac.

« Nous pouvons toujours compter sur leur réseau et leur expertise pour le traitement adéquat des déchets. L’une des plus belles réalisations de Valipac à ce jour est le Clean Site System : la collecte sélective de films de construction et de housses de palettes usagées. Uniquement pour notre entreprise, plusieurs tonnes de plastique de construction sont «sauvées» de l’incinérateur chaque année grâce à ce système. Nous avons récemment démarré un projet dans le but de concevoir des emballages plus circulaires.

En collaboration avec Valipac, Bouwpunt et notre fournisseur Coeck, nous avons l’intention de réutiliser au moins 50 % des déchets de films plastique collectés dans nos emballages sous marque propre (sacs d’emballage de matières premières). Ce qui est formidable dans cette collaboration, c’est la vision commune entre l’emballeur, le déballeur et Valipac. Nous voulons étendre ce projet circulaire à la réutilisation des films étirables circulaires. »

Pieter Bockaert

Film de protection circulaire chez Saint-Gobain Autover

La réalisation majeure de 2020 ne concerne cependant pas le secteur de la construction. A la suite d’une publication sur LinkedIn destinée à faire la promotion des housses rétractables circulaires, Saint-Gobain Autover a pris contact avec nous. Un an plus tard, Saint-Gobain Autover a lancé un appel d’offres européen pour la fourniture de films de protection de parebrises fabriqués à partir de matière recyclée pour l’ensemble de leurs filiales en Europe. Les 600 tonnes de films utilisées chaque année par le groupe contiennent aujourd’hui 50% de plastiques recyclés issus des collectes en entreprise.

Timothee De Greift

Supply Chain Director for Saint-Gobain Sekurit AGR Activity & Managing Director of Autover Distribution in Bastogne

« Saint-Gobain s’est donné comme ambition d’être neutre en carbone d’ici 2050 et les étapes de notre voyage sont de mieux en mieux balisées. A l’échelle de la supply chain d’Autover, nos leviers d’actions principaux sont les emballages et les transports.

En juillet 2019, Valipac postait sur LinkedIn un appel à partenaires pour tester une solution de plastiques thermo rétractables contenant 50 % de matière recyclée provenant de collectes en entreprises.

 

C’est aussi une belle occasion de s’engager dans l’économie circulaire dans son sens le plus vertueux.

Ces plastiques nous permettent de protéger nos produits des griffes de manutention et de réduire le nombre de transports en chargeant un maximum de pièces par expédition. Nous nous sommes donc tout naturellement portés volontaires pour tester ce nouveau plastique recyclé. C’est aussi une belle occasion de s’engager dans l’économie circulaire dans son sens le plus vertueux. Après un premier test concluant à Bastogne, dans le magasin central européen d’Autover, nous avons lancé un appel d’offres au niveau européen pour alimenter l’ensemble de nos 28 magasins potentiellement consommateurs de ce type de produit.

Grâce à la consolidation des volumes de tous nos magasins européens, nous avons pu conclure un accord de fourniture global. Celui-ci nous permet de réduire de 34 % les émissions de carbone liées à la production de ce plastique, soit 211 tonnes de CO2 par an. Cela tout en maintenant notre compétitivité sur nos marchés et en ayant la fierté de contribuer activement à la transformation durable de nos activités. »

Timohee Dg

Belgian Business

Le saviez-vous ?

Les housses rétractables circulaires ont été nominées aux Best Belgian Award for the Environment de la FEB ainsi qu’aux Awards PRS Europe dans la catégorie Product Technology of the Year.

Ces nominations sont plus importantes que de gagner un prix ! Notre but ultime est de créer le plus de visibilité possible, afin de commercialiser notre produit aussi largement que possible, et donc de développer davantage les débouchés pour les matériaux recyclés.

Film étirable avec 25 % de matière recyclée

Chaque année, en moyenne, 40.000 tonnes de film étirable sont utilisées en Belgique. Un film étirable avec 25 % de matière recyclée serait déjà une très belle avancée. La formule est actuellement testée et mise au point. C’est un processus techniquement difficile car la composition du film étirable est très complexe. Le plus grand obstacle est lié à la faible épaisseur de ce matériau. On parle d’une moyenne de 20 mμ, ce qui signifie que tout contaminant présent dans le matériau recyclé sera rapidement vu et/ou ressenti.

En 2020, la société Mima Films est parvenue à fabriquer à l’échelle industrielle un film de 23 µm étirable à 250 % à partir de 25 % de matière recyclée. Les premiers essais ont démontré que ce film répond aux mêmes exigences que le film vierge. Des tests grandeur nature seront réalisés début 2021 auprès de Colruyt et Reynaers Aluminium. Entre-temps FNAC et Vandenborre ont également montré leur intérêt pour participer à cette transition circulaire. Notre objectif est de disséminer ce concept dans le secteur de la distribution en 2021.

Les encres circulaires

Les encres utilisées sur les films plastique à des fins de branding peuvent nuire à un recyclage de qualité. En 2019, nous avions entamé un projet dont l’objectif de départ était de développer des encres neutralisables lors du processus de recyclage. Cette piste a été écartée et nous évaluons actuellement deux autres pistes :

  • Supprimer l’impression sur les films (piste préférentielle). Le branding est effectué sur sleeve, banderole, sous couche en
    papier, …. Le film PE ne perd pas de sa valeur et peut être intégralement recyclé.
  • Limiter la quantité d’encre à un rapport encre/film normalisé (option choisie si l’impression n’est pas négociable). Si la quantité d’encre ne dépasse pas un certain seuil, un film gris circulaire peut être développé. Ce scénario peut fonctionner en cas de demande suffisante pour ces films gris.

 

Grâce à ces innovations, nous avons l’ambition d’accroître la demande en matériaux recyclés auprès des producteurs d’emballages en Europe afin d’évoluer vers un processus circulaire dans lequel chaque emballage pourra être entièrement réutilisé.

Les données en tant que catalyseur

En marge de ces quatre défis, nous poursuivons le développement de notre activité de recensement de la production de déchets industriels afin de la rendre plus performante et d’en maximiser la valeur ajoutée pour nos parties prenantes.

Depuis maintenant trois ans, les collecteurs affiliés nous communiquent les données relatives à la production de déchets industriels auprès de leurs clients (myClients Materials). A côté des données sur les déchets d’emballages industriels, nous disposons aujourd’hui d’une base de données unique qui rassemble le plus grand nombre de producteurs de déchets belges. Cette activité fait aujourd’hui de Valipac un acteur incontournable sur la scène des déchets industriels.

Une base de données unique

Notre approche est identique pour les trois régions de Belgique et nous appliquons la même méthodologie depuis trois ans. Les données sont comparables et sont interprétées de manière uniforme.

Valipac attache beaucoup d’importance à la qualité des données communiquées par les collecteurs. Les contrôles pointus réalisés par notre équipe de 8 collaborateurs garantissent la fiabilité des données.

Valeur ajoutée des données

Les données recensées nous permettent d’identifier là où se trouvent les opportunités en matière d’amélioration du tri. Grâce à ces données, nous avons pu mener une campagne de grande envergure pour sensibiliser les entreprises au tri des films plastique et réaliser une enquête pour déterminer quels sont les freins et leviers au tri des plastiques en entreprise. Nous avons poursuivi le développement de notre plateforme Insights qui fournit aux collecteurs affiliés des informations pertinentes non seulement sur leurs parts de marché et leur évolution mais aussi sur le potentiel d’amélioration du tri du papier/carton, des films plastique et du PSE auprès de leurs clients.

Nous examinons actuellement comment approfondir l’analyse des données pour les exploiter de manière performante.
Dans un avenir proche, nous recenserons également des données à d’autres endroits de la chaîne de valeur (par ex. contenu recyclé, destinations) afin de pouvoir apporter davantage de valeur ajoutée pour nos différentes parties prenantes et pour les autorités régionales.

Progression du tri en entreprise

  • Le pourcentage d’entreprises qui trient le papier/carton est en augmentation depuis deux années consécutives.
  • Le pourcentage d’entreprises qui trient le film plastique est en augmentation depuis deux années consécutives.
  • L’augmentation du nombre de sociétés qui trient les films plastique est supérieur à celui des entreprises qui trient du papier/carton.

Partenariat avec Fost Plus

Notre système de recensement de données de la production de déchets industriels a également abouti à une collaboration entre Fost Plus et Valipac. Les collecteurs affiliés nous ont communiqué quelles entreprises ont trié du PMC en 2019. Nous avons identifié quelles entreprises triaient ce flux pour la première fois en 2019. 1.234 entreprises ont ainsi pu bénéficier de la prime unique de 75 € octroyée par Fost Plus pour stimuler le tri des PMC en entreprise.