Defi 1

Augmenter le taux de recyclage.

Défi 1

Pour l’année 2019, nous avons démontré que 89,4 % des emballages industriels mis sur le marché belge ont été recyclés. Ces résultats sont calculés conformément aux réglementations belges et européennes actuelles.

En 2020, la crise du COVID 19 a entrainé la fermeture prolongée de bon nombre d’entreprises belges, ce qui a provoqué une diminution de 15 % de la collecte des déchets industriels. Sur la base des informations rassemblées jusqu’à présent, la quantité de déchets d’emballages industriels collectée reste stable (résultat avant contrôle).

Du côté des tonnages mis sur le marché, nous pouvons également nous attendre à une diminution mais nous ne pouvons pas encore en estimer l’ampleur (les déclarations sont introduites fin février). Il se peut que ces diminutions résultent en un statu quo du taux de recyclage par rapport à l’année 2019.

L’un des défis majeurs pour atteindre les taux de recyclage fixés par le nouvel Accord de Coopération sera d’augmenter la collecte sélective du plastique.

Les objectifs de recyclage imposés par le nouvel Accord de Coopération, qui régit la gestion des emballages ménagers et industriels pour les trois régions belges, sont très ambitieux.

Cet accord prévoit une augmentation progressive du taux minimal de recyclage des emballages industriels. D’ici 2030, les entreprises belges devront démontrer que 65 % des emballages industriels en plastique qu’elles mettent sur le marché sont effectivement recyclés. Nous sommes donc confrontés à un défi de taille et toutes les parties prenantes devront être impliquées dans ce processus.
Dans l’ensemble, les entreprises trient de mieux en mieux, mais il reste encore de la marge.

Taux de recyclage des emballages industriels en 2019

Réalisations 2020

Campagne de sensibilisation

Quelles actions avons-nous menées en 2020?

Afin de stimuler la collecte sélective des films plastique des entreprises, nous avons lancé en septembre 2020 une campagne de marketing en collaboration avec 13 collecteurs affiliés auprès de plus de 17.000 entreprises qui, aujourd’hui, ne trient pas encore ce flux.

La collecte des films plastique est en réalité un processus assez simple. Les collecteurs de déchets industriels proposent des sacs qui sont tout simplement enlevés lors de la vidange du conteneur pour le papier/carton. Les coûts de collecte, de tri et de traitement du film sont inclus dans le prix d’achat des sacs.

Pour faire passer le message aux entreprises de manière efficace, nous avons fait appel aux «coaches de tri» Nic Balthazar et Patrick Ridremont. A l’aide de conseils concrets, ils ont encouragé les entreprises à trier leur film plastique. Plus de 5.000 entreprises ont reçu un kit de démarrage contenant 3 sacs gratuits. Au bout d’un mois, 69 % des entreprises ont indiqué qu’elles avaient déjà commencé à utiliser les sacs, et 64 % envisageaient d’acheter ces sacs à leur collecteur de déchets à l’avenir.

 

Patrick Ridremont
Acteur et coach de tri en entreprise

Frederique Valipac

Résultats de la campagne

Répartition géographique des sacs distribués

map

Répartition sectorielle des sacs distribués

  • voiture 20%Commerce de voitures et stations essence
  • horeca 14%Horeca
  • commerces 14%Commerce de gros et de détail non alimentaire
  • construction 13%Construction
  • services 8%Services
  • commerces7%Commerce de gros et de détail alimentaire

15.750

sacs gratuits distribués

17.100

entreprises contactées

13

collecteurs participants

Pourquoi les entreprises ne trient-elles pas leurs déchets de plastique ?

A l’automne 2020, nous avons mandaté le bureau d’enquêtes Haystack pour la réalisation d’une enquête sur les freins et leviers au tri des déchets de plastique en entreprise. Cette enquête de grande envergure a été menée auprès de 400 entreprises issues des trois régions du pays, de tailles et de secteurs très diversifiés.

Un peu plus de la moitié des entreprises interrogées (54 %) avoue que c’est plus simple de ne pas trier. Elles (52 %) sont confrontées à trop de flux de plastique différents et (49 %) estiment avoir trop peu de déchets de plastique pour trier.

Les raisons qui motivent le tri sont liées aux raisons pour lesquelles les entreprises ne trient pas.

La majorité d’entre elles (85 %) souhaiterait pouvoir collecter toutes les sortes de plastique dans un seul récipient et (79 %) et est à la recherche d’instructions claires. Du matériel de communication pourrait les aider à mettre en place une démarche de tri (75 %).

Les entreprises qui ne trient pas leurs plastiques ne savent souvent pas comment s’y prendre ou supposent (à tort) que cela ne fait pas beaucoup de différence parce que les volumes générés sont plutôt faibles.
Nous voulons donc continuer à sensibiliser les entreprises à l’énorme potentiel du recyclage et leur donner des conseils concrets sur la manière de trier leurs films plastique.

Manque de motivation intrinsèque et d’informations claires : c’est plus simple de ne pas trier.